Aller au contenu principal
 Thibault Camus / Ap / Sipa
 Thibault Camus / Ap / Sipa

«Route d’Occitanie»: Thibaut Pinot change de braquet

Sur la Route d’Occitanie, diffusée le 1er août à 21.00 sur Eurosport 2, le Français a l’occasion de se jauger face à ses futurs rivaux sur le Tour de France 2020, dont il sera un sérieux prétendant à la victoire finale.

Contrairement à ses habitudes passées, Thibaut Pinot s’est concocté une préparation qui ne laisse aucun doute: sa priorité est le Tour de France. Après la Route d’Occitanie, le trentenaire s’alignera sur le critérium du Dauphiné, traditionnelle répétition de la Grande Boucle, puis au Championnat de France. «Cette année, avec les conditions particulières dues au Covid, tous les coureurs sont focalisés sur le Tour», rappelle Guillaume Di Grazia, commentateur du cyclisme sur Eurosport.

CANDIDAT À LA VICTOIRE FINALE

Le peloton a des fourmis dans les jambes après plusieurs mois de confinement. Les données statistiques des récentes sorties de Thibaut Pinot démontrent une belle montée en puissance. «Ils ont envie de rouler, parce qu’ils aiment être sur la route, découvrir des paysages, en particulier Thibaut. Le nombre de kilomètres avalés depuis le déconfinement est impressionnant, l’enchaînement des stages aussi», confirme le spécialiste d’Eurosport. Thibaut Pinot ne peut pas cacher ses ambitions après ses performances lors de la précédente édition, alors même que sa capacité à s’imposer était remise en cause après trois abandons en trois participations. «Certains n’y croyaient plus, mais pas moi, avertit Guillaume Di Grazia. Thibaut n’aimait peut-être pas le Tour au fond de lui. C’est un homme discret qui n’aime pas être au centre. Le Tour c’est tout l’inverse, surtout pour les Français. Les attentes sont énormes. Dans ces circonstances, il n’avait peut-être pas les épaules pour porter ce poids.»

Sa détresse l’an dernier lors de son quatrième abandon a crevé le coeur du public. Mais cet échec peut être le point de départ d’un grand récit. «Le Tour 2019 a été un révélateur. Il sait qu’il est fort, les autres coureurs le savent aussi. Il a senti qu’il avait la victoire dans les jambes. C’est le bon moment en termes de concurrence et le tracé est fait pour lui. Il sera très attendu.» Mais il ne sera pas le seul. Bernal, Thomas, Dumoulin et Roglic notamment seront des candidats assumés à la victoire finale.

«La concurrence est énorme, le plateau n’a jamais été aussi relevé. Mais plutôt que de coureurs en particulier, on peut plutôt parler d’équipe. Peu peuvent placer un coureur sur la première marche. Ineos et Jumbo ont chacune deux leaders capables. La Groupama-FDJ a une belle équipe, mais son effectif n’est pas encore au même niveau. En revanche, elle a un leader unique, ça peut être un avantage. Tout le monde va tirer dans le même sens. » Affaire à suivre…

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top