Aller au contenu principal
 Thomas Braut / Itc / Tf1
 Thomas Braut / Itc / Tf1

«Ici tout commence» saison 1: Vanessa Demouy & Elsa Lunghini comme des soeurs

Héroïnes de «Ici tout commence» diffusé du lundi au vendredi à 18.30 sur TF1, les deux comédiennes jouent les soeurs Rose Latour et Clotilde Armand. Si elles se détestent à l’écran, dans la vie, leur complicité est non feinte. Confidences.

Que ce soit avec le tube T’en vas pas ou la série Classe mannequin, Elsa Lunghi ni et Vanessa Demouy ont en commun, en plus d’être nées en 1973, d’avoir marqué, très jeunes, une même génération. Leur association constitue une des forces du nouveau feuilleton quotidien de TF1, dérivé de Demain nous appartient.

Dans quel état d’esprit étiez-vous quand on vous a proposé de jouer des personnages récurrents dans «Ici tout commence»?
Elsa Lunghini: J’étais en plein confinement, et, pour être très franche, je n’étais pas très fan du format “série quotidienne”. Je me posais pas mal de questions. Mais quand mon agent m’a expliqué le thème, je me suis dit que la volonté de faire du qualitatif était évidente.
Vanessa Demouy: En ce qui me concerne, c’était un peu différent. En tournant déjà dans Demain nous appartient, j’étais rodée à la quotidienne. Ce qui m’a fait hésiter, c’était de savoir si j’allais retrouver une série qui fonctionne bien, avec des gens que j’aime bien, si tout allait bien se passer…

Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis?
V.D. : L’idée de jeunes en formation était très importante à mes yeux. Et que l’action de la série se déroule dans une école hôtelière, encore davantage. J’ai deux soeurs qui ont suivi ce cursus, donc je trouvais intéressant de montrer cet univers à une heure de grande écoute, sur TF1.

Pouvez-vous nous présenter vos personnages respectifs?
E.L.: Clotilde est une femme sévère, exigeante dans son travail et dans sa vie, en général. Elle a été élevée à la dure par son père, Auguste Armand (Francis Huster), et elle s’est construit une carapace. Elle est assez difficile d’accès.
V.D.: Mon personnage est le même que dans Demain nous appartient, c’est Rose Latour. On va un peu mieux comprendre son histoire familiale, avec ce père et cette soeur absents. On va en savoir un peu plus sur cette guerre qui existe depuis vingt-cinq ans entre les deux soeurs.

Quand on se déteste à l’écran, arrive-t-on à bien s’entendre en coulisse?
(Elles partent toutes deux dans un fou rire.)
E.L.: Il n’y a pas de meilleure preuve que ça!
V.D.: On est très rieuses, il n’y a pas une journée sans crise de fou rire. Ce qui, vous l’imaginez bien, peut poser pas mal de problèmes au niveau du planning. C’est terrible, mais on ne peut pas faire autrement. (Elles éclatent à nouveau de rire.)

Le côté soap de la série a-t-il été un frein ou au contraire un moteur, pour vous?
E.L.:
Personnellement, c’est ce qui me faisait hésiter depuis des années. Je ne savais pas trop si on allait arriver, avec ce genre de série, à avoir une qualité de jeu. C’est certainement pour ça que TF1 a été exigeante envers les acteurs, pour essayer d’en sortir quelque chose d’un peu différent et de donner une autre tonalité à la série.
V.D.: C’est vrai qu’il y a tous les codes du soap, on est dans une quotidienne et il se passe beaucoup de choses. Mais dès les premiers épisodes, grâce au cadre, à la lumière, aux personnages et au casting, il se dégage une vraie modernité. Et le public est présent!

Chacune de vous, à sa manière, a été connue très jeune. Quel regard portez-vous sur cette époque de votre vie?
E.L.: C’était bien! J’ai eu un succès énorme en étant très très jeune, ce qui est un peu déstabilisant quand on est enfant ou jeune adulte, je ne vous le cache pas. Mais c’est très bien d’avoir pu vivre ça. C’est grâce à cela que je suis là aujourd’hui. Je vois encore dans le regard des gens une nostalgie ou de l’amour quand ils repensent à ce qu’ils ont vécu avec vous. C’est touchant.
V.D.: En ce qui me concerne, c’est un peu différent. Si, comme Elsa, j’ai eu la chance d’avoir un public aimant et bienveillant, ça n’a pas été le cas avec la presse et le métier, en général. Certains ont été tellement méchants avec la jeune fille que j’étais à l’époque! Mais aujourd’hui, je suis toujours là malgré les pronostics et je suis très heureuse.

Si on vous donnait la possibilité de choisir sans contrainte votre prochain projet, quel serait-il?
V.D.: Je jouerais avec Elsa pour que mes journées soient belles! (Éclat de rire général.)
E.L.: Tu sais, avec Ici tout commence, on est là pour un moment, ma belle!

TROMBINOSCOPE

Présentation des six principaux personnages à évoluer autour de Rose Latour (Vanessa Demouy) et sa soeur Clotilde (Elsa Lunghini).

Maxime Delcourt (Clément Rémiens)
Figure emblématique de Demain nous appartient, Maxime fuit ses problèmes, sa famille et Sète pour intégrer l’institut Auguste-Armand qui forme les futurs grands chefs français.

Antoine Myriel (Frédéric Diefenthal)
Compagnon de Rose, il l’a encouragée à accepter ce poste proposé par son père. En la suivant dans cette nouvelle aventure, il devient le nouveau proviseur de l’institut.

Auguste Armand (Francis Huster)
Chef multi-étoilé, il a créé cette école qui forme la fine fleur de la cuisine française. Alors qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre, il décide de s’occuper enfin de sa famille…

Claire Guinot (Catherine Marchal)
Professeure de cuisine de l’institut, elle élève seule son fils Louis (Fabian Wolfrom) et accueille sa petite amie Salomé (Aurélie Pons).

Lisandro Inesta (Agustín Galiana)
Chef de salle au tempérament sanguin, il a souvent du mal à contenir sa violence que sa vie privée chaotique explique en partie…

Eliott Prevost (Nicolas Anselmo)
Ce jeune aspirant cuisinier aux tenues excentriques pensait n’être attiré que par les garçons jusqu’à sa rencontre avec Hortense (Catherine Davydzenka)… 

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top