Aller au contenu principal
 Laurent Vu / ALP / TF1
 Laurent Vu / ALP / TF1

Phénoménal Koh-Lanta

La sentence est irrévocable: le jeu d’aventure de TF1 a été élu émission télévisée préférée des Français de ces trente dernières année suite au sondage Télécâble Sat Hebdo réalisé par IPSOS (*). Décryptage avec Denis Brogniart.

A la veille de son départ pour le tournage de la prochaine saison de Koh-Lanta, en Polynésie, et alors que la saison actuelle, Les 4 Terres, réunit chaque vendredi soir plus de 5 millions de téléspectateurs, l’animateur savoure la victoire, dans notre sondage, du jeu qui fêtera, en 2021, ses 20 ans.

Comment réagissez-vous aux résultats de ce sondage?
Je rougis de plaisir et de fierté. Ce qui me surprend, c’est la longueur de ce succès d’estime: trente ans! Il y a tellement d’émissions qui ont marqué la télévision. C’est très émouvant pour toutes les personnes qui ont fait le succès de Koh-Lanta. J’ai envie de partager ça avec tous ceux qui y ont cru à l’époque: Étienne Mougeotte, Hubert Auriol qui a été le présentateur de la saison 1 de l’émission, les producteurs, les équipes techniques…

Comment avez-vous atterri à la présentation de ce jeu, en 2002?
J’étais journaliste sportif et je n’avais aucune expérience du divertissement et de l’animation pure. C’est Xavier Couture, le directeur général des antennes de TF1 de l’époque, qui me l’a proposé. C’était très audacieux de la part de TF1 de confier un programme comme ça à un quasi inconnu, sans passer de casting. Je ne suis pas sûr que ce serait possible aujourd’hui. À l’époque, je ne pensais pas que ça allait durer.

«Koh-Lanta» n’a pas toujours fait l’unanimité avec ses éliminations, son côté sulfureux…
Koh-Lanta n’a jamais été sulfureux. Si tel était le cas, on ne ferait pas des audiences aussi fortes, notamment chez les 15-25 ans. Koh-Lanta, ce sont les valeurs du sport et du dépassement de soi. Aujourd’hui, l’émission fait partie du quotidien des Français. Même Rachida Dati ou Édouard Philippe nous citent. Olivier Véran a déclaré : «Le masque n’est pas un totem d’immunité.» Ça démontre que Koh-Lanta est un phénomène de société. Un producteur concurrent m’a confié, pendant le confinement : «Tu sais Denis, je crois que Koh-Lanta est l’émission du siècle.»

La mode du survivalisme a-t-elle contribué au succès de l’émission?
Non, je crois que le mythe de Robinson Crusoé date de la nuit des temps. Cette émission permet de revenir à l’état premier de l’homme. C’est d’autant plus vrai à l’heure de l’hyperconnexion technologique, des réseaux sociaux et des smartphones.

Plus jeune, étiez-vous fan des émissions d’aventure?
J’adorais La Course autour du monde et La Chasse au trésor. Philippe de Dieuleveult était mon idole de jeunesse. Mais mon rêve, depuis que je suis gamin, était de devenir Thierry Roland.

Pendant le confinement, «L’Île des héros» a connu des audiences historiques. N’avez-vous pas eu peur que le soufflé retombe?
Je suis agréablement surpris par les très bons scores de la saison actuelle. Mais Koh-Lanta, avant le confinement, était déjà leader incontesté du vendredi soir, toutes cibles confondues. Les gens qui ont découvert l’émission pendant le confinement sont revenus.

Vous avez été G.O. au Club Med en Espagne. Votre côté bateleur vient-il de là?
Bien sûr! C’est là que j’ai appris à parler dans un micro. Ce côté bateleur, c’est aussi parce que je suis naturellement énergique. J’ai d’ailleurs du mal à travailler avec des gens qui ne le sont pas, qui sont blasés. Je veux que mes équipes soient enthousiastes.

Est-ce que, comme Jean-Pierre Pernaut pour le «13 heures», vous arrêterez «Koh-Lanta» à 70 ans?
Non, à 70 ans, je ne serai plus à l’antenne du tout. Il sera temps de laisser ma place et de me consacrer à ma famille et à des associations. Mais, à 53 ans, je suis encore jeune. Jean-Pierre Pernaut est l’une des personnes que j’admire le plus. Il y a vingt ans, certains me déconseillaient d’animer Koh-Lanta parce que j’étais journaliste. Pas lui. Il m’a dit : «Denis, fonce ! Ne te pose pas de questions.»

Vous allez prochainement animer « District Z »… Un autre jeu de survie?
Non, c’est un jeu à grand spectacle où des célébrités doivent sortir d’une zone infestée par des zombies pour récupérer des lingots d’or pour une association. Ça va être génial !

Et début 2021, vous sortez votre premier roman…
Oui, il s’agit de l’histoire romancée d’un grand militaire français blessé psychiquement. Je suis impatient. C’est un peu comme mon bébé. C’est un métier que j’aurais aimé faire. J’aime l’autorité, l’organisation… Je suis admiratif de ceux, militaires ou policiers, qui risquent leur vie pour les autres. 

(*) Sondages réalisés du 11 au 14 septembre 2020, auprès d'un échantillon de 1081 personnes représentatif de la population française âgée de 16 ans et plus. Retrouvez le classement complet des 45 émissions de ce sondage dans Télécâble Sat Hebdo en vente chez tous les marchands de journaux.

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top