Aller au contenu principal
 S.Gruden/Presse Sports
 S.Gruden/Presse Sports

«Biathlon. Coupe du monde»: Martin Fourcade à la croisée des chemins

Patron du biathlon mondial dans la dernière décennie, le champion tricolore a vu sa suprématie contestée la saison passée. Il évoque ce changement de statut et son avenir. Le relais 4x7,5 km messieurs à Oberhof est diffusé le 11 janvier à 14.15 sur les chaînes Eurosport 1 et L'Equipe.

Même s’il se donne les moyens d’étoffer son palmarès, l’un des plus grands du sport tricolore, Martin Fourcade est conscient que la concurrence est de plus en plus aiguisée.

La déception de la saison dernière est-elle oubliée?
Ça a été compliqué à vivre. Ça a changé mes repères. Pendant sept ans, j’ai plus ou moins décidé du résultat des courses. J’ai dû m’adapter à une concurrence nouvelle, et aussi interne à l’équipe de France, dorénavant. Le drame est derrière moi mais il m’avait fallu du temps pour en arriver là et il en faudra aussi pour retrouver mes sensations.

Quelles sont vos ambitions?
Elles sont élevées. Le début de saison m’a mis en confiance. C’est essentiel pour réaliser de bonnes performances.

Comment abordez-vous ce nouveau rôle de challenger?
J’ai quand même eu des moments dans ma carrière où j’ai connu cette position. Et je suis, certes, chasseur de Johannes Boe mais j’étais leader du classement en début de saison, donc je suis aussi chassé. (Rires.) C’est indispensable d’évoluer. Par petites touches, année après année, j’ai essayé de progresser. C’est d’ailleurs peut-être ce qui m’a coûté la saison dernière: après l’année 2018, très faste, j’ai voulu repartir tout de suite pour faire mieux, pour montrer à mon nouvel encadrement que j’avais cette capacité. L’expérience et l’amélioration, cette saison, passent par plus de prudence, de maîtrise et de repos.

Les Jeux Olympiques de 2022 sont-ils un objectif?
Non, par pour l’instant. J’ai fait le choix, après Pyeongchang, de me réengager dans une nouvelle aventure. Je l’ai segmentée en deux. On fera le bilan à la fin de cette saison, au bout de ce cycle de deux ans, pour voir si je sens la force et l’envie de continuer.

Vous êtes président de la commission des athlètes de Paris 2024. Quel est votre rôle?
On est là pour porter la voix des athlètes au sein du comité d’organisation et faire en sorte que chaque arbitrage prenne en compte leur vision.

Ce type de poste est-il un moyen de préparer l’avenir?
Je ne l’ai pas accepté comme une porte de sortie. Je suis tellement impliqué dans ma carrière aujourd’hui que je ne réfléchis par encore concrètement à l’après. Mais ça fait partie des directions que j’aimerais prendre au moment de bâtir l’avenir.

Soldes Télécablesat Janvier 2020

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top