Aller au contenu principal
 canal+/Thierry Gromik
 canal+/Thierry Gromik

«Canal Football Club» et «Late Football Club», émissions présentées par Laure Boulleau

Alors que les championnats de Ligue 1 et de Premier League font leur retour sur les terrains, entretien avec l’ancienne joueuse du PSG et de l’équipe de France qui, semaine après semaine, s’est affirmée comme l’une des têtes d’affiche du football sur Canal+.

En parallèle à ses missions d’ambassadrice et de coordinatrice sportive du PSG féminin, Laure Boulleau dispense avec détermination ses expertises sur les plateaux du Canal Football Club et du Late Football Club. Deux émissions dans lesquelles les téléspectateurs la retrouveront tout au long de la saison.

Le football féminin était à l’honneur cet été avec le Mondial. Quel bilan tirez-vous de l’événement?

Je savais que cela allait être une réussite mais pas aussi importante. L’ambiance était formidable, la couverture médiatique à la hauteur, les stades remplis, les audiences télé excellentes. Ce sont des éléments positifs et révélateurs pour le foot féminin et la femme en général. C’est prometteur.

La représentation, à la télé, du foot féminin et du sport féminin en général est-elle suffisante?

Je ne la trouverai jamais suffisante. Mais je n’ai pas d’aigreur. Je préfère me réjouir de l’évolution. Il faut voir où on était hier, où on en est aujourd’hui et se dire que ça ira mieux demain. Le sport féminin a encore besoin de grandir pour exister. Ce n’est pas qu’une question de mentalités. Il faut du temps pour combler le retard. Nous devons construire des projets sérieux en se professionnalisant. Cette professionnalisation aidera à la médiatisation.

Vous aviez participé à la Coupe du monde en tant que joueuse, comment l’avez-vous vécue dans ce rôle de consultante?

J’étais très heureuse de la vivre ainsi. La compétition ne me manque pas du tout. J’ai trouvé une adrénaline ailleurs et les émotions aussi. J’appréhendais un peu parce que mon histoire avec l’équipe de France est vraiment particulière, mais je n’ai pas du tout ressenti de regrets. Le passage à une autre vie est acté.

Comment s’est présentée l’opportunité de rejoindre Canal+?

J’ai de très bons rapports avec Thierry Cheleman (directeur des sports du groupe Canal, ndlr) qui a lancé le football féminin sur Direct 8 (aujourd’hui C8). Quand je lui ai annoncé ma prochaine retraite sportive en mai 2018, il s’est montré intéressé pour une collaboration. J’étais motivée et fière de pouvoir m’inscrire sur une chaîne qui a soutenu très tôt le foot féminin. J’ai une bonne mémoire et beaucoup de respect pour les personnes qui étaient là dans les moments un peu moins fun. Dans la semaine qui a suivi, ils m’ont proposé le CFC. J’ai dit oui instantanément, c’est une émission qui ne se refuse pas.

C’est un programme de référence. La pression devait être énorme pour votre première…

La pression, je me la suis mise toute seule. Je ne voulais pas me planter, je suis guidée par la performance depuis toujours. C’était ma première mais aussi une première pour une ancienne footballeuse dans cette émission. Je n’avais pas envie d’être le mauvais exemple.

Comment vous êtes-vous affirmée dans cette équipe très masculine et avec de forts caractères?

Je suis arrivée avec beaucoup d’humilité. J’ai senti beaucoup de respect pour ma carrière avec les Bleues et le PSG. J’ai vite été intégrée dans le groupe et cet accueil a facilité les choses. Après, il fallait que je fasse mes preuves, bien entendu. J’ai regardé un maximum de matchs pour avoir des infos sur tous les sujets. Je ne veux pas faire d’impasse. J’ai travaillé aussi sur mes prises de parole, ma respiration…

La saison de Ligue 1 débute cette semaine. À quoi peut-on s’attendre?

Il peut y avoir plein de surprises, même si l’ogre parisien sera toujours au-dessus du lot, je pense. De nouveaux projets arrivent et c’est excitant : Juninho et Sylvinho aux commandes à Lyon, des investisseurs à Bordeaux ou à Nice, l’adaptation des promus… Il y a beaucoup d’inconnues aussi à Monaco ou Marseille. Lille parviendra-t-il à confirmer malgré le départ de joueurs-clés ? On peut s’attendre à beaucoup de suspense.

Et cette saison, vous débattrez également de la Premier League anglaise…

J’ai hâte ! J’étais hyperheureuse quand on nous a annoncé le retour sur les antennes de Canal de la Premier League, le championnat le plus attractif au monde. Et le plus indécis surtout, c’est sa grande force. Cette densité, cette homogénéité, cette intensité procurent des émotions qu’on ne ressent qu’avec la Premier League.

L’OFFRE FOOT À LA TÉLÉ

Comme les saisons précédentes, l'écrasante majorité des compétitions de clubs sera visible sur les chaînes payantes. L'offre gratuite se limitant à la Coupe de France (certains matchs + la finale sur France Télévisions), à quelques rencontres de l'Europa League (RMC Story) et aux finales des deux compétitions européennes.

LIGUE 1

Sur Canal+
• 1 match le vendredi à 20.45 (Canal+Sport).
• 1 match le samedi à 17.30 (Canal+).
• 1 match le dimanche à 21.00 (Canal+).

Sur BeIN Sports
• 5 matchs le samedi à 20.00 sur BeIN Sports Max 4, 5, 6, 7, 8.
• 2 matchs le dimanche à 15.00 et 17.00 sur BeIN Sports 1.

LIGUE 2

Sur Canal+
• 1 match le lundi à 20.45 sur Canal+ Sport.

Sur BeIN Sports
• 8 matchs le vendredi à 20.00 sur BeIN Sports 1, BeIN Sports 2 et les canaux de BeIN Sports Max.
• 1 match le samedi à 15.00 sur beIN Sports 1.

D1 (FÉMININE)

Sur Canal+
• 1 match le samedi après-midi ou à 20.45 ( Canal+, Canal+Sport ou Canal+ Décalé).
• Multifoot le samedi après-midi sur Foot+.
• 1 match le dimanche à 14.45.

COUPE DE FRANCE

Eurosport et France Télévisions (France 2 et France 3) se partagent les matchs.

COUPE DE LA LIGUE
• 2 matchs le mardi à 18.00 et 21.00 (Canal+Sport).
• 2 matchs le mercredi à 18.00 et 21.00 (Canal+Sport).
• Les autres rencontres du mardi et du mercredi sur Foot+.

CHAMPION'S LEAGUE (REPRISE LE 17 SEPTEMBRE)

Sur RMC Sport
Le mardi

• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 à 19.00.
• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 + 4 matchs sur RMC Sport Live 5, 6, 7 et 8 à 21.00.

Le mercredi
• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 à 19.00.
• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 + 4 matchs sur RMC Sport Live 5, 6, 7 et 8 à 21.00.

EUROPA LEAGUE (REPRISE LE 19 SEPTEMBRE)

Sur RMC Sport
Le jeudi

• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 + 10 matchs sur RMC Sport Live 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 à 19.00.
• 2 matchs sur RMC Sport 1 et RMC Sport 2 + 10 matchs sur RMC Sport Live 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 à 21.00.

Sur RMC Story
• 1 match le jeudi à 21.00.

PREMIER LEAGUE (ANGLETERRE)

Sur Canal+ et RMC Sport
• 1 match le vendredi à 20.45 (RMC Sport 1 et Canal+ Décalé).
• 4 matchs le samedi à 13.30 (RMC Sport 1 et Canal+), 16.00 (RMC Sport 1 et Canal+ Sport), 18.30 (RMC Sport 1 et Canal+ Sport), 20.45 (RMC Sport 1 et Canal+ Sport).
• 2 matchs le dimanche à 15.00 (RMC Sport 1 et Canal+ ou Canal+ Sport) et 17.30 (RMC Sport 1 et Canal+ Sport).
• 1 match le lundi à 21.00 (RMC Sport et Canal+Sport ou Canal+Décalé).

LIGA (ESPAGNE)

• 1 match sur BeIN Sports 1 ou 2, les autres matchs de la journée (au minimum 5) sur BeIN Sports Max.

SERIE A (ITALIE)

• 1 match sur BeIN Sports 1 ou 2, les autres matchs de la journée (au minimum 5) sur BeIN Sports Max.

BUNDESLIGA (ALLEMAGNE)

• 1 match sur BeIN Sports 1 ou 2, les autres matchs de la journée (au minimum 5) sur BeIN Sports Max ;

LIGA (PORTUGAL)

• Diffusion sur RMC Sport des matchs du Benfica, de Porto et du Sporting.

SUPER LIG (TURQUIE)

• 2 à 3 matchs par journée de championnat sur BeIN Sports.

François Artigas

Abonnement telecablesat numerique

comment acceder au numerique

Jeu concours Léonard de Vinci

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top