Aller au contenu principal
 J.Prébois/Ftv/Passionfilms
 J.Prébois/Ftv/Passionfilms

«Capitaine Marleau» saison 3: Corinne Masiero, le grand micmac

Série emblématique de France 3, «Capitaine Marleau» est désormais diffusée sur France 2 à partir du 2 avril à 21.05. Interview de sa non moins emblématique interprète, au légendaire franc-parler.

Capitaine Marleau est de retour avec un épisode inédit où elle enquête sur le meurtre d’un conducteur de train touristique. Corinne Masiero y donne la réplique à des guests de choix: Olivier Gourmet, Fatou N’Diaye et la chanteuse Jeanne Cherhal.

Qu’est-ce que cela vous fait que la série passe sur France 2?
C’est Josée Dayan (réalisatrice de la série, ndlr) qui me l’a appris. Pour moi, ça ne change rien. Je ne suis pas payée plus, ni personne dans l’équipe.

Que signifie le carton «Dialogues avec la complicité de Corinne Masiero» dans le générique de la série?
Depuis le premier épisode, je réécris mes dialogues et j’improvise. J’entendais souvent, notamment dans des interviews, des remarques sur les blagues bien écrites alors que j’en étais l’auteure. Je voulais donc avoir la reconnaissance de ce travail et c’est ce moyen qui a été trouvé.

Dans cet épisode, les répliques «Alors, la bête humaine est de retour?» et «Attention, pauvre, c’est pas une insulte!», par exemple, sont-elles de vous?
À votre avis ? (Rires.) Après, je ne vérifie pas toujours si tout ce que j’ai réécrit ou improvisé a été gardé au montage. C’est le jeu, je ne suis pas productrice. Certaines improvisations sont à double sens, comme la seconde. C’est aussi ce qui permet de passer la censure ou l’autocensure, que je ne pratique pas vraiment!

Est-ce toujours simple d’improviser en fonction des guests?
Il faut que celui ou celle qui est en face ne soit pas mal à l’aise. Ce n’est pas forcément évident quand on n’en a pas l’habitude. Donc je leur dis: si cela ne vous convient pas, on s’arrange autrement. Mais ça n’est jamais arrivé. C’est du ping-pong: si l’autre commence à improviser, je réponds. C’est un grand micmac. On vient de faire un épisode avec Charlélie Couture et je lui ai glissé une réplique faisant référence à sa chanson Comme un avion sans aile. Je ne préviens jamais avant car il y a un côté ludique à voir la réaction de l’autre. Celle qui en a eu le droit à un maximum de références, c’est Isabelle Adjani.

À travers le personnage, vous faites passer des idées politiques et sociétales. C’est une des raisons pour lesquelles vous jouez et défendez encore ce personnage?
Déjà, je ne défends rien du tout. Je le fais parce que j’ai envie de le faire. Le jour où ce ne sera plus le cas, j’arrêterai. Et puis j’aime Josée (Dayan, ndlr) et l’équipe technique avec laquelle on travaille depuis le début. D’ailleurs, on vient d’en perdre un membre, cette semaine, Balou…

Le luxe du succès est-il de pouvoir choisir les projets et les gens avec qui vous aimez ou aimeriez travailler?
Je n’ai pas ce luxe! J’ai surtout celui de refuser. Là, on m’a fait une proposition pour peut-être réaliser un unitaire. Je ne sais pas encore si je vais le faire parce que je ne suis pas du tout réalisatrice et je n’y connais rien du tout.

Tous les gens de la culture sont touchés par la pandémie. Vous êtes une actrice mais aussi une personne engagée. Quel est votre sentiment par rapport à cette situation?
Je fais partie de la section Bourrins des InterLuttants 59-62 dans le Nord, depuis 2003. On fait des occupations. À un moment donné, il faut aller au charbon, surtout quand, en face, il y a des gens qui se foutent de notre gueule force 12. No culture, no future. (Cette interview a été réalisée avant la cérémonie des César, ndlr). 

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top