Aller au contenu principal
 Home Box Office
 Home Box Office

«The Righteous Gemstones»: satire à gogo de et avec Danny McBride

Après avoir dézingué le milieu du baseball professionnel dans «Kenny Powers» et le monde professoral dans «Vice Principals», Danny McBride flingue tous azimuts les télévangélistes américains dans «The Righteous Gemstones» sur OCS City, le 19 août 2019 à 22.00.

Le réalisateur provocateur et politiquement incorrect Danny McBride n’y va pas avec le dos de la cuillère pour se payer une nouvelle institution américaine! Celle des télévangélistes, ces prédicateurs qui utilisent la télévision pour prêcher lors d’émissions religieuses. The Righteous Gemstones décrit le comportement outrancier d’une famille d’évangélistes cyniques, amoraux et totalement corrompus. Et chez les Gemstones, on est télévangéliste de père en fils…

Toute la famille va partir en vrille

Depuis des années, le patriarche Eli (John Goodman) et ses deux fils, Jesse (Danny McBride) et Kelvin (Adam Devine), se mettent en scène dans des shows télévisés devant des foules d’adeptes, donateurs très généreux. Grâce à leurs “performances”, ils sont devenus extrêmement riches et connus dans le monde entier. Mais quand un mystérieux maître chanteur menace de diffuser une vidéo dans laquelle on voit Jesse sniffant de la cocaïne et en compagnie de prostitués, rien ne va plus. Toute la famille va partir en vrille, moins par peur du scandale que par le manque à gagner.

Forte de neuf épisodes, la saison 1 de The Righteous Gemstones (les vertueux Gemstones), chaque personnage est d’une méchanceté réjouissante, un modèle de cynisme, de cupidité et de bêtise crasse. Si, en direct à l’antenne, les sourires enjôleurs et les paroles chastes sont de circonstance, en coulisse, tout ce beau monde se hait, s’insulte et se crache allègrement au visage. À ne pas rater, l’entrée en scène de Walton Goggins (Justified) dans l’épisode 2, totalement surréaliste. John Goodman (Roseanne) est génial en patriarche inamovible et nostalgique, régnant sur une famille de grands cinglés. Quant à Danny McBride, il interprète lui-même avec gourmandise un personnage aussi cupide que vulgaire.

C'est l'Amérique profonde qui est brocardée

Créateur, scénariste, acteur et producteur de la série, Danny McBride tient à préciser : «C’est avant tout une satire. Ce que je dénonce, c’est l’hypocrisie de personnes qui se présentent en public d’une certaine façon et qui, en privé, sont radicalement différentes. Je ne crois pas que ce soit quelque chose qui soit propre à la religion et aux télévangélistes. Cela va bien au-delà. Je pense que c’est avant tout une juste illustration du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui». Plus que les télévangélistes et leurs adeptes, c’est l’Amérique profonde, repliée sur elle-même, obnubilée par l’argent et bien plus soucieuse des apparences que du reste, qui est ici brocardée. Et le génie de Danny McBride est de réussir à faire passer tout cela au milieu de grands éclats de rire.

Abonnement telecablesat numerique

comment acceder au numerique

Jeu concours Eurosport

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top