Aller au contenu principal
 Nish Media/histoire
 Nish Media/histoire

«Skindigenous: tatouages et traditions» : l'art des tatouages

Ushuaïa TV propose depuis le 11 septembre une formidable série documentaire sur le renouveau du tatouage rituel des populations autochtones. Focus sur trois d’entre eux.

Le tatouage traditionnel au menton des femmes Inupiates, Yupiks et Inuits, Alaska
Les Yupiks, Inuits et Inupiates sont des populations autochtones avec une origine ethnique commune. Ces peuplades vivent dans les régions arctiques de l’Amérique du Nord et s’encrent la peau depuis des millénaires. Leurs tatouages illustrent leurs exploits guerriers et symbolisent leurs croyances. Pour les femmes inupiates, le tatouage au menton est un rite de passage, de l’adolescence à l’âge adulte. Composé de plusieurs traits qui partent de la bouche, il symbolise toute leur généalogie. Il est réalisé avec la technique du skinstitching, tatouage cousu qui consiste à encrer la peau avec une aiguille et un fil passant sous l’épiderme. L’encre est formée de suie et d’huile de phoque.

Le Kakau, Hawaï, île d’Oahu
Présents depuis 2000 ans à Hawaï, les premiers autochtones, des Polynésiens venus des îles Marquises, se tatouaient originellement pour rappeler les attributs de leurs clans en cas de conflits. Le plus important motif du kakau traditionnel est l’alaniho, une bande de motifs géométriques qui court le long de la jambe. Pour le réaliser, le tatoueur fabrique ses outils : des peignes aux dents en os ou en écaille de tortue, fixés à un manche en bois, qui insèrent sous la peau l’encre à base de charbon de noix dilué dans l’huile. Plus qu’un simple dessin, chaque alaniho constitue un texte unique. Il encode des informations généalogiques, biographiques et représente une carte d’identité qui accompagnera l’Hawaïen toute sa vie.

Le tatouage rituel indonésien, peuple Mentawaï, île de Siberut
Sous la dictature du général Suharto de 1967 à 1998 en Indonésie, les populations indigènes locales ont été martyrisées, leurs traditions niées et les tatouages interdits. Les Mentawaï ont pu compter sur l’afflux de touristes pour inciter le général à leur laisser plus de latitude. Les tatouages sont particulièrement appréciés des chamans pour communiquer avec les esprits. Comme de nombreux peuples indigènes, les Mentawaï vivent en osmose avec la nature et leurs ancêtres. Le motif récurrent est celui du sagoutier, un palmier, essentiel à leur subsistance. Le tatouage traditionnel est réalisé avec une épine de citronnier et plusieurs bâtons permettant d’introduire l’encre dans la peau. Celle-ci est constituée de cendre diluée avec du jus de canne à sucre.

Abonnement telecablesat numerique

comment acceder au numerique

Jeu concours Léonard de Vinci

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top