Aller au contenu principal
 Augustin Dtienne/Canal+
 Augustin Dtienne/Canal+

«Replay»: le talentueux Monsieur Replay

Faire rejouer quelques-uns des programmes courts iconiques de Canal+ par les talents d’hier et d’aujourd’hui: tel est le concept de «Replay» diffusé le 2 avril à 21.05 sur Canal+ avec, en fil rouge, Antoine de Caunes.

Dans ce programme fourmillant, détonnant et jubilatoire, Antoine de Caunes s’est lui aussi amusé, grimé et perruqué pour rejouer des épisodes des Deschiens, de La Minute Blonde et de Bref. Eh oui! L’humour résiste à l’usure du temps.

Expliquez-nous ce «libre-échangisme humoristique»?
(Rires.) J’aime cette idée de ce jeu des chaises musicales avec un esprit ludique et respectueux qui consiste à reprendre une vingtaine de programmes courts d’humour et de les faire rejouer par d’autres comédiens. Avec, évidemment, le consentement de ceux qui ont conçu ces pastilles humoristiques!

En préambule, vous évoquez des «bonbons télévisuels»…
Oui, à condition de ne pas souffrir de diabète… L’exercice est jouissif, stimulant et c’est une excellente idée. Ces pastilles d’humour ont imprimé la grille de Canal+, elles ont résonné avec l’époque. Et aujourd’hui, elles donnent envie de les remettre en jeu.

Quels ont été vos formats courts préférés?
J’ai un petit faible pour les Deschiens, étant très fan depuis toujours du théâtre de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff. Très vite, l’équipe de Nulle part ailleurs leur a offert une fenêtre dans l’émission. Ce sont, pour moi, des sucreries indispensables.

Petit exercice: résumez votre vie à la façon de «Bref»…
(Il réfléchit 15 secondes.) Je suis né il y a un certain nombre d’années, je continue à m’en étonner et, de cet étonnement, j’en ai fait un métier.

Si vous deviez rejouer une scène de film, quelle serait-elle?
Une scène du film Le Talentueux Monsieur Ripley en étant Matt Damon, ou alors Ripley dans Alien. Un homme est une femme comme les autres dans l’espace.

Et quelle émission aimeriez-vous rejouer?
Je reprendrais un journal que présentait mon père (Georges de Caunes, ndlr) dans les années 1960. Ce serait le 20 Heures, dans le ton de l’époque, avec mes commentaires à moi.

Et dans lequel de vos films vous replongeriez-vous?
Je referais tous mes films. Je suis prêt à tout retourner. Ou alors la scène d’ouverture de Monsieur N que nous n’avons pas pu filmer pour des raisons budgétaires. La fin de Waterloo, avec Napoléon qui est extirpé du champ de bataille pour s’enfuir et rejoindre la capitale. J’en ai rêvé de cette scène…

Un replay d’une rencontre?
Celui de John Lennon que je n’ai pas pu interviewer. Et j’aimerais refaire l’interview de Bob Dylan car il était dans un état second lors de notre rencontre…

Tous ces farfadets de la télé ont été attirés par la lumière du cinéma. Comme vous, mais vous, vous n’avez jamais quitté Canal+…
Oui, je me suis baladé, j’ai fait des films, j’ai écrit des documentaires. Mais je suis de nature fidèle et Canal+ fait partie de mon ADN.

De qui regardez-vous aujourd’hui la carrière avec respect?
Omar Sy, évidemment. Il vit un conte de fées. J’adore l’histoire de ce môme de Trappes courtisé par Hollywood et qui tourne des séries qui cartonnent. Je trouve cela magnifique.

Vous réalisateur, la “shortcom” ne vous a-t-elle jamais tenté?
Je suis en train de travailler sur une minisérie qu’on espère faire aboutir et, parallèlement, sur un projet de fiction. Je pose des jalons à l’horizon de deux ou trois ans.

Quels sont vos prochains numéros de la collection «Profession»?
Les photographes, puis les romanciers et romancières.

Et «La Gaule d’Antoine»?
On attend impatiemment le feu vert pour aller tourner en Suisse francophone. Tout est prêt.

AU PROGRAMME…

«Replay», c’est une vingtaine de formats courts iconiques revisités par une trentaine de talents made in Canal+, de Jamel Debbouze à Bérengère Krief. Petit florilège…

Connasse (2013 à 2015).
Joué à l’origine par Camille Cottin, il est repris par Fred Testot. Tout aussi arrogant et odieux, il parle mal des enfants «pires que les pangolins» et évoque le viol de son nez après son test RT-PCR. Hilarant.

Sophie et Sophie (2012 à 2016).
Les deux jeunes hôtesses grandes gueules et infectes campées par Alice Belaïdi et Clémence Faure retrouvent vie sous les traits de Baptiste Lecaplain et Jérôme Niel. Le duo est décapant!

Le S.A.V. des émissions (2005 à 2012).
Le programme avec lequel Omar Sy et Fred Testot ont triomphé est revu et corrigé par Guillaume Gallienne («J’ai mis une casquette pour être jeune de la tête») et Artus en Tata Suzanne, Super Connard ou encore Rocco. Tordant de rire.

Les Bonus de Guillaume (2008 à 2010).
Doria Tillier s’empare de la pastille de Guillaume Galienne dans Le Grand Journal et prouve l’étendue de son talent d’actrice et d’imitatrice dans ce qui devient Les Bonus de Doria. Agent de star, elle demande à son comédien «de se raser la tête car c’est un rôle fort. Il faut te salir un peu chéri». Ses prestations pour les castings des films La Vie d’Adèle ou Mommy sont très réussies.

Et aussi:
Cher Journal
, avec Alice Belaïdi, Broute., avec Alex Lutz en organisateur de stages de rires en entreprise et le bel hommage rendu au Cinéma de Jamel par Kyan Khojandi. Bref, c’est talentueux et ça fait du bien! 

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top