Aller au contenu principal
 Mathieu Zazzo/Pasco&co/M6
 Mathieu Zazzo/Pasco&co/M6

«Zone interdite»: Ophélie Meunier, ses yeux dans les Bleus

À l’occasion de l’Euro, la journaliste présente un «Zone interdite» exceptionnel, diffusé le 6 juin à 21.05 sur M6, ou elle lève le voile sur la vie privée de quatre joueurs de l’équipe de France.

Le capitaine et gardien de but Hugo Lloris, les défenseurs Lucas Hernandez et Presnel Kimpembe et l’attaquant Olivier Giroud sont les quatre joueurs à avoir accepté d’être suivis par les caméras de Zone interdite pendant plusieurs mois. Ophélie Meunier, dont c’est le projet, a réussi à faire parler ces grands gaillards dont les propos touchent en plein coeur…

Honnêtement, vous êtes fan de foot?
Merci de me poser la question! Eh bien oui, je suis fan! Depuis 2011 exactement, à mon arrivée à Paris, je soutiens le PSG et je vais régulièrement au Parc des Princes et au Stade de France voir de grands matchs. D’où ce documentaire, d’ailleurs!

Pour ce «Zone interdite» événement, comment s’est fait le choix des quatre joueurs?
Il y a eu beaucoup de critères. J’ai commencé en septembre dernier, seule, en contactant les agents des joueurs dont je voulais faire le portrait. Je désirais un mélange de joueurs en fin de carrière sportive, même s’ils sont encore jeunes, et de joueurs de la nouvelle génération. Il fallait également qu’ils aient un parcours atypique, qu’ils soient d’accord, ainsi que leur famille, qu’on les suive, et enfin, qu’ils soient disponibles! Pas simple de cocher toutes les cases. (Rire.) Au final, ça donne les portraits d’Hugo Lloris, Olivier Giroud, Lucas Hernandez et Presnel Kimpembe.

D’autres joueurs ont refusé?
Oui, évidemment. Certains joueurs ne veulent absolument pas qu’on filme leur vie privée. Mais je n’ai aucun regret, l’ensemble est très harmonieux et très équilibré.

Qui a eu l’idée de faire d’Hugo Lloris le fil rouge du documentaire?
C’est le réalisateur, Benoît Pensivy. Hugo Lloris ne voulait pas qu’on filme chez lui avec sa famille. Benoît a trouvé l’idée brillante de le faire réagir aux vies de ses trois coéquipiers comme capitaine mais aussi comme ami. De là, il se raconte, notamment son cruel dilemme quand il a dû quitter sa mère très malade pour partir à l’Olympique Lyonnais…

D’ailleurs, vous évoquez avec eux, notamment Lucas Hernandez, des sujets très intimes. Ça a été difficile de les faire parler?
Non, excitant plutôt! À partir du moment où tout était calé avec eux, ils se sont laissés aller. En plus, c’est moi qui mène les interviews, ils savaient que je n’étais pas à la recherche de la petite phrase ou du buzz. La confiance a été totale, c’est pourquoi Lucas raconte avec tant de sincérité et de maturité l’évaporation soudaine et incompréhensible de son père qu’il n’a jamais revu…

Et Olivier Giroud qui ouvre les portes de son appartement à Londres avec sa femme et ses quatre enfants, étonnant!
Oui, Olivier Giroud a joué le jeu. Il voulait montrer qu’il était aussi un papa et pas seulement un grand joueur de foot. Mais, encore une fois, tout a été fait dans le respect des familles. Ils n’ont même pas demandé à regarder le montage final avant diffusion. Mais je peux vous dire qu’ils sont tous impatients de le voir! (Rire.

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top