Aller au contenu principal
 Mika Cotellon/ Tresor Films
 Mika Cotellon/ Tresor Films

«Le grand bain» de Gilles Lellouche : plongeons!

Ovationné au Festival de Cannes où il était présenté hors compétition en 2018, «Le grand bain» de Gilles Lellouche a mis d’accord la critique et le public qui lui a fait un triomphe avec plus quatre millions d’entrées. Voilà une comédie bien trempée qui fait du bien diffusée le 13 septembre à 21.00 sur Canal+.

LE RÉALISATEUR

Belle année pour Gilles Lellouche qui, en 2018, nous a bouleversés dans Pupille de Jeanne Herry et nous ravit avec Le grand bain, sa première réalisation en solo. En 2004, l’acteur avait coréalisé avec Tristan Aurouet la comédie Narco, où il dirigeait un certain Guillaume Canet. Et en 2012, il coréalisait avec Jean Dujardin un sketch des Infidèles. Il s’attaque, cette fois, à un projet très personnel : «J’ai eu un besoin très fort de m’exprimer, de faire quelque chose qui pouvait enfin me ressembler à 100 %», dit-il.

UNE COMÉDIE SOCIALE

Alors que le britannique The Full Monty abordait la crise à travers une bande de chômeurs strip-teaseurs, Le grand bain traite du mal-être par le prisme de la comédie, du dépassement de soi et du collectif. Il y est question de dépression, de solitude, d’accidentés de la vie, de losers cabossés qui poursuivent une idée folle : se lancer dans la natation synchronisée et participer aux championnats du monde. Loin des figures imposées, il mélange les genres, de la fable à la chronique, du feel good movie au film de sport. Le tout à travers une belle histoire de camaraderie et de partage.

UN CASTING À L’EAU !

Le réalisateur a eu la bonne idée de réunir des acteurs d’horizons différents et de leur concocter des rôles aux petits oignons : le dépressif Mathieu Amalric face au turbulent Benoît Poelvoorde, le lunaire Philippe Katerine (césar du meilleur second rôle) à côté du très émouvant Jean-Hugues Anglade, l’ombrageux Guillaume Canet aux côtés de l’imprévisible Alban Ivanov… En slips et bonnets de bain, les comédiens se sont jetés à l’eau après un entraînement drastique auprès de la chorégraphe de l’équipe de natation synchronisée olympique. «Ils se sont entraînés comme des bêtes pendant sept mois, deux fois par semaine. Ils m’ont épaté», confie Gilles Lellouche.

DES RÔLES FÉMININS PUISSANTS

Face à ces hommes qui surnagent, le cinéaste leur oppose des personnages féminins bien trempés. Comme Virginie Efira en ex-alcoolique, coach grande gueule, et son ancienne coéquipière en chaise roulante incarnée avec poigne par Leïla Bekhti, géniale. Il faut la voir passer ses nerfs en entraînant cette équipe d’hommes qui n’en mènent pas large ! Il y a aussi Marina Foïs, épouse complice, et Noée Abita, très touchante en fille du rockeur has been joué par Jean-Hugues Anglade.

RIRE ET ÉMOTION

Les ballets aquatiques réservent leur lot d’éclats de rire! Goût de l’absurde, situations excentriques, humour décalé… Pas question de rire gras ou moqueur, le film joue sur la complicité et l’empathie. Il ne repose pas (que) sur des gags et des scènes cocasses, mais sur des personnages bien croqués et sur une formidable direction d’acteurs. À la fois tonique et émouvant, Le grand bain s’appuie sur des vraies gens, pas des héros. On les aime pour leurs failles, leurs défauts, leur tendresse et leur humanité. Ensemble, ils parviennent à noyer leur mal de vivre et nous embarquent dans une belle aventure joyeusement mélancolique.

Abonnement telecablesat numerique

comment acceder au numerique

Jeu concours Eurosport

À propos

TELECABLESAT HEBDO : votre guide TV le plus complet. Tout le programme TV du câble, satellite, ADSL et TNT

Suivez-nous
To Top